Animaux familiers ou sauvages, pris sur le vif en quelques secondes ou d’après photos, issus de parcs zoologiques ou de safaris, les sujets sont innombrables.

Crocodiles, alligators et caïmans ne bougent pas beaucoup et sont donc faciles à dessiner – dessins réalisés à la Ferme aux crocodiles de Pierrelatte – Drôme.

1 : Eléphant d’Afrique – crayon Wolf – 2 : Eléphant d’Asie – crayon – 3 : Eléphant d’Afrique – crayon – 4 : Zèbre – crayon et rehauts de gouache blanche – 5 : Pélicans – crayon – 6 : Buffle – crayon – 7 : Buffle – plume et lavis – 8 : Cobra – crayon et ordinateur – Particularité : j’ai dessiné une moitié du sujet que j’ai copiée puis retournée afin d’obtenir une symétrie parfaite qui confère toute sa puissance au cobra en « majesté ».

Les coquillages constituent l’exemple le plus parfait de l’omniprésence de la géométrie dans la nature : axe et spirale.
Et une fois scié, le coquillage révèle tous les secrets de l’architecture intime de sa spirale…

Le sanglier qui court, l’éléphant (croquis de moins d’une minute pris sur le vif) et le lapin ont été réalisés au crayon. Le chat au stylo à bille noir et le zèbre, les deux sujets à gauche et les deux à droite sont à l’encre de Chine.

Les phacochères à droite et à gauche ont été réalisés au crayon noir avec des rehauts de gouache blanche, la tête d’antilope à droite au crayon noir et le tigre au centre a été peint à l’acrylique. Ce dernier SERA en vente à la boutique – cliquez ici.

Deux coquillages à la plume : le pied de pélican à gauche et la turitelle au milieu et toujours à la plume, le chien couché qui tourne le dos et le serpent de profil gueule ouverte… L’éléphant de forêt est réalisé à l’aquarelle et souligné au crayon noir, le buffle et le cobra de face sont au crayon. Remarque : d’une manière générale, les animaux qui ont une toison importante – comme ici le chien – sont difficiles à dessiner, car on discerne mal les volumes.