Le titre de cette page est volontairement très général car les limites entre les catégories définies sont difficiles à établir. Entre portrait et caricature, la frontière est très subjective.
Mon admiration va – sans tenir compte de la chronologie – de Ingres à Dubout en passant par Léonard de Vinci, Michel-Ange et Daumier. Sans oublier Dürer et Turner pour leurs aquarelles ainsi que Bosch, Dali, Magritte et Piranese pour leurs « délires ». Et mes deux peintres préférés sont Rembrandt et surtout Delacroix. Il est amusant de se remémorer que certains de ses contemporains – surtout des artistes ! – reprochaient à Delacroix de « déborder » !!! Mais déborder, dans tous les sens du terme, n’est-ce pas le propre du romantisme ?
Vous trouverez ci-dessous – au hasard des planches qui suivent – quelques reproductions que j’ai faites d’après des dessins d’Ingres, de Michel-Ange, de Vinci ou encore de Daumier. Ce genre de dessins m’a permis – et me permet encore – de me rapprocher un peu de ces Maîtres et de leur technique, sinon de leur esprit…

L’encre utilisée reste soluble et permet de faire des ébauches de lavis avec le doigt mouillé. Ces croquis rapides font partie des centaines de « tronches » glanées au hasard des sorties, des cafés, des expos. Comme je l’ai écrit ci-dessus, je ne les considère pas comme des caricatures. Les personnages ETAIENT comme ça. Ils n’y peuvent rien ! Ils sont tout autour de nous et vous ne les voyez peut-être pas comme je les vois… Mais observez-les mieux et vous finirez peut-être par voir la même chose que moi, car ils SONT ainsi…

« Grosse fatigue au château », à droite, a été réalisé au lavis d’encre de Chine et tous les traits ont été exécutés au pinceau. Les autres dessins sont au crayon noir.

Les deux couples qui dansent sont des clins d’oeil à Dubout, qui a mis en scène tellement de personnages grotesques ! Les outils utilisés sont le crayon, la plume et l’encre ainsi que le stylo à bille bleu.

LES MAÎTRES ! Michel-Ange (4), Léonard de Vinci (1, 2 et 3), Ingres (5 et 6) – et Daumier (7 et 8) ! En composant cette planche, j’ai juxtaposé sans le vouloir des visions du monde très différentes : le « calme » et le classicisme d’Ingres opposés à la « tourmente » de Michel-Ange et Vinci et à la perception acide et critique de la société propre à Daumier…
Dessins au crayon, sauf 7 et 8 : Daumier, plume et lavis -interprétation libre.

La famille, dès le berceau !
A l’ère de la photo numérique, de la vidéo et du règne de l’image, omniprésente et souvent intrusive, il peut être agréable – et même valorisant, car à rebours de la mode – de personnaliser les cadeaux que l’on offre à ceux que l’on aime ou que l’on estime.
Quoi de plus « vintage » que d’offrir un objet unique, un portrait dans la grande tradition des rois, des princes et des nobles ?
Rendez-vous dans la boutique pour commander votre portrait ou celui de l’un/e de vos proches ou amis/es, réalisé d’après photo.